« Les femmes sont fortement sous-représentées au sein des métiers scientifiques et dans certaines disciplines académiques (mathématiques, physique, philosophie). La discrimination, à l’école puis à l’embauche, a depuis longtemps été évoquée comme l’une des causes possibles à ce phénomène. Néanmoins, les expérimentations récentes de “testing”, menées à partir de CV fictifs ne différant que par le sexe et le nom des candidats, aboutissent à des résultats contrastés et ne permettent pas de confirmer cette hypothèse. Dans leur article, Thomas Breda et Mélina Hillion montrent que les biais de genre dans le recrutement peuvent varier fortement selon le contexte étudié. »