Sous pression de l’industrie, l’expertise des futurs logos nutritionnels tourne à la farce

Par

Défaillances dans l’étiquetage, faible participation des marques, inégalité de traitement des prototypes, l’expérimentation en conditions réelles d’achat des logos nutritionnels simplifiés a été confiée à une société privée, liée aux industriels.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À l’écouter, au mieux, c’est un fiasco ; au pire, « une mascarade ». L’ONG Foodwatch a lancé, jeudi, une pétition adressée à la ministre de la santé Marisol Touraine – voir ici – exigeant l’arrêt de l’expérimentation en conditions réelles d’achat des logos nutritionnels simplifiés. « Le fait que Marisol Touraine profite de la loi santé pour mettre en place un étiquetage nutritionnel simplifié était une bonne nouvelle, résume Chloé Stevenson de Foodwatch France. Mais nous avons été déçus de voir que la ministre a décidé de se lancer dans une expérimentation réclamée par l’agro-industrie, qui par ailleurs n’a jamais voulu d’un étiquetage. »