Dissolution d’une association antiraciste : la mécanique infernale

La Coordination contre le racisme et l’islamophobie a été dissoute en conseil des ministres le 20 octobre. Bien que victorieuses à plusieurs reprises sur le front judiciaire, ses actions auraient alimenté « un soupçon permanent de persécution de nature à attiser la haine » en France, selon le décret présenté par Gérald Darmanin.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Dans l’indifférence générale, le ministre de l’intérieur a annoncé, le 20 octobre, la dissolution de la Coordination contre le racisme et l’islamophobie (CRI), une association lyonnaise qui accompagnait des personnes victimes d’islamophobie sur l’ensemble du territoire.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal