Sept auteurs en campagne: entre Le Mans et Nantes, entre désir et inquiétude

Par Arno Bertina

Pour le troisième volet de notre série sur les régionales, l'écrivain Arno Bertina saisit ce qui a changé dans un TER, avant et après les attentats, chez les usagers comme chez les fonctionnaires ferroviaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans le TER qui relie Nantes à Saumur, un jeune homme s’assoit sur un strapontin de la plateforme. J’en profite et m’assied en face de lui. Accepterait-il de répondre à quelques questions. « Oui », mais lâché du bout des lèvres. Est-ce qu’il prend souvent ce train ? « Tous les trains, partout en France. » Vous n’êtes pas d’ici ? « Je suis militaire, je change tous les deux ans d’affectation. » Et donc en ce moment vous êtes basés en Pays-de-Loire ? « Je ne peux pas vous le dire. » Bon, oublions les questions sur la région et passons aux élections. « Je ne peux pas vous en parler. » Bon. « L’armée c’est la Grande Muette vous savez. » Jeanne Mas ou Sabine Paturel ? « Devoir de réserve. »