Que reste-t-il des singularités de la droite française?

Par Fabien Escalona
La primaire qui vient d'avoir lieu constitue un précipité de l'héritage et de l'évolution de la droite française. Un retour sur son passé et une comparaison avec les droites étrangères aident à saisir ce qu’il lui reste d’original. Cette approche éclaire aussi les rapports de force en son sein.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La primaire de la droite et du centre aura été instructive pour les observateurs de la vie politique. En creux ou en plein, le casting des candidatures et le contenu de la campagne ont en effet révélé beaucoup de choses sur ce qu’est devenue cette force, au regard de sa propre histoire et des partis comparables en Europe. Poids faible et dilué de la démocratie chrétienne, héritage sélectif du gaullisme, unification imparfaite sous l’égide de LR (ex-UMP)… le scrutin invite à remarquer ces mutations culturelles et organisationnelles. Celles-ci permettent de mettre en perspective le succès de François Fillon et de son positionnement ultralibéral et (très) conservateur.