« Les gouvernements changent mais les méthodes restent les mêmes. Quand l’ouvrier descend dans la rue, on envoie 500 CRS le neutraliser. » 15 heures, ce mardi 28 janvier. À Paris, au pied du métro Varenne, à dix minutes à pied du ministère du travail, Didier et ses camarades grillent cigarette sur cigarette. Accoudés contre le mur et vêtus tous du même tee-shirt rouge –  « pour sécuriser l’emploi, non aux licenciements dans les groupes qui font des profits » –, ils dissertent sur le gouvernement de François Hollande, « un gouvernement de gauche qui met en place des mesures de droite ». Autour d’eux, des pétards, des banderoles, des drapeaux et des figures de la gauche de la gauche, comme Olivier Besancenot et Philippe Poutou du Nouveau parti anticapitaliste.