Attentats du 13-Novembre: là où les secours ont manqué

Par

Le soir du 13 novembre 2015, les victimes des attentats contre la brasserie « La Bonne Bière » et le restaurant « Casa Nostra » n’ont pas reçu de secours médicaux. Ils ont été insuffisants à « La Belle Équipe ». Le chaos propre à ces scènes de guerre ne suffit pas à expliquer ces dysfonctionnements. Ils tiennent à un ancien problème de communication entre les deux systèmes de secours : les pompiers et le Samu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le soir du 13 novembre 2015, Michel Bonnot, urgentiste-réanimateur, est chez lui, rue de la Folie-Méricourt, dans le XIe arrondissement de Paris. À 21h30, cet ancien médecin humanitaire, familier des théâtres de guerre, reconnaît immédiatement le bruit d’une fusillade. Il dévale ses escaliers et découvre la scène d’horreur. Il raconte :