Le soir du 13 novembre 2015, Michel Bonnot, urgentiste-réanimateur, est chez lui, rue de la Folie-Méricourt, dans le XIe arrondissement de Paris. À 21h30, cet ancien médecin humanitaire, familier des théâtres de guerre, reconnaît immédiatement le bruit d’une fusillade. Il dévale ses escaliers et découvre la scène d’horreur. Il raconte :