Le mandat de Pepy à la SNCF «à la disposition du gouvernement»

Par

Le président du directoire de la SNCF, Guillaume Pepy, déclare vendredi dans Le Parisien que son « mandat est à la disposition du gouvernement » après les incidents qui ont affecté le trafic dans les gares parisiennes ces dernières semaines.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Le président du directoire de la SNCF, Guillaume Pepy, déclare vendredi dans Le Parisien que son « mandat est à la disposition du gouvernement » après les incidents qui ont affecté le trafic dans les gares parisiennes ces dernières semaines.

Le patron de la compagnie ferroviaire et le président de SNCF Réseau, Patrick Jeantet, sont tous deux convoqués le 8 janvier par la ministre des transports, Élisabeth Borne, qui leur réclame des explications. « Mon mandat est à la disposition du gouvernement », dit Guillaume Pepy dans Le Parisien. « Mon boulot, avec Patrick Jeantet, c’est de trouver des solutions. Le temps n’est pas aux états d’âme. »

La SNCF est une entreprise publique, dont le président est nommé par décret.

Le 3 décembre, la gare Montparnasse a été paralysée pendant plusieurs heures par un bug informatique. Le 23, la SNCF a été dépassée par l'affluence à la gare de Bercy et, trois jours plus tard, une panne électrique a entraîné des retards pour 2 500 voyageurs à Saint-Lazare.

« Ce sont des causes différentes qui provoquent des conséquences différentes », a plaidé le directeur général adjoint de l'entreprise, Mathias Vicherat, vendredi matin sur Europe 1, tout en soulignant l'impact du plan de rénovation du réseau, qui représente cinq milliards d'euros par an sur dix ans.

« Ces gigantesques travaux, en pleine exploitation, comportent des risques de bugs, d’incidents électriques, des risques de travaux qui ne sont pas suffisamment préparés », déclare pour sa part Guillaume Pepy dans Le Parisien. Dans la lettre qu'elle leur a adressée mercredi, Élisabeth Borne somme Guillaume Pepy et Patrick Jeantet de présenter des « analyses » et les « actions engagées ».

A lire dans Le Parisien [avec Reuters].

 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale