Dans les quartiers populaires, la «résilience» malgré un surplus de difficultés

Par

« Les habitants des quartiers, c’est l’armée de l’ombre de cette guerre sanitaire », dénonce le maire de Grigny (Essonne). Mais élus et associatifs d’Île-de-France constatent aussi, dans ces déserts médicaux, une certaine capacité de « résilience ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Avec son portable, Diangou Traoré a immortalisé la scène : les barres blanches hiératiques, les voitures en rang d’oignons, le vent qui souffle dans les peupliers. Et pas un chat à la ronde. « Incroyable, on n’entend que les oiseaux ! », s’exclame-t-elle gaiement sur la vidéo qu’elle a transmise à Mediapart comme une preuve qu’à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le confinement peut ouvrir de surprenants horizons.