L’imposture universitaire de Jean-Christophe Cambadélis

Par

Mediapart a retrouvé des documents attestant que le premier secrétaire du Parti socialiste a bel et bien caché la vérité sur son parcours étudiant. En 1981-1982, il s’est inscrit dans d’obscures conditions à l’Université du Maine pour passer un DESS de « gestion des coopératives et des mutualités », en même temps que Jean-Michel Grosz et Olivier Spithakis, qui seront ultérieurement, avec lui, les condamnés vedettes du procès de la Mnef.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À la suite de la publication sur Mediapart le 17 septembre 2014 des bonnes feuilles de mon livre À tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient (Don Quichotte Éditions), établissant que Jean-Christophe Cambadélis avait soutenu un doctorat de 3e cycle de sociologie sans disposer des diplômes préalables (lire Les diplômes usurpés de Jean-Christophe Cambadélis), le premier secrétaire du Parti socialiste avait cherché à réfuter mes informations. Dès cette époque, j’avais fait valoir que ses dénégations étaient confuses et n’infirmaient en rien l’essentiel de mon enquête (lire Doctorat usurpé : Cambadélis s’enferre dans ses mensonges).