Européennes 1994: la noyade de Rocard

Par

Après une bérézina aux législatives, Michel Rocard prend la tête de liste socialiste pour les européennes. A peine soutenu par les mitterrandiens, il a aussi en face de lui la liste de Jean-Pierre Chevènement et celle de Bernard Tapie, très en cour à l'Elysée. Et pendant ce temps, Edouard Balladur se voit présidentiable et Jacques Chirac l'assure de «son amitié». Quatrième épisode du feuilleton de Mediapart sur les campagnes européennes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Coincées entre des législatives et une présidentielle, les européennes de 1994 faisaient à l'avance figure de corvée pour les principales formations politiques. Les révolutions de palais que connaissent le PS et les Verts ne facilitent pas non plus la concentration sur ce scrutin dont il faut surtout retenir qu'il est le premier à se dérouler sous un régime de cohabitation entre un président de gauche, François Mitterrand, et un premier ministre de droite, Edouard Balladur.