Au Havre, «la recomposition politique» embrouille les législatives

Par

Au Havre, chez le premier ministre Édouard Philippe, 28 candidats se disputent les deux circonscriptions qui morcèlent la ville. Seule une candidate LREM a été officiellement investie, mais beaucoup se revendiquent de « la majorité présidentielle ». Dans cet embrouillamini d’étiquettes et de soutiens, les électeurs ne savent plus où donner de la tête.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Havre (Seine-Maritime), de notre envoyée spéciale.– Les yeux rivés sur le tract d’Agnès Firmin Le Bodo, l’homme esquisse une moue dubitative à la vue de la petite photo d’Édouard Philippe qui y figure. « Il quitte le navire et après les élections législatives, il va se faire éjecter. L’autre en face, Macron, c’est pas un crétin », souffle cet habitant de la copropriété havraise Résidence de France, où la candidate LR-UDI effectue un porte-à-porte, ce vendredi 26 mai après-midi. Appuyée contre le chambranle, la pharmacienne de 49 ans, engagée au RPR depuis ses 15 ans, tente de le rassurer : « Vous le connaissez… Il essaie quelque chose de nouveau. Vous croyez vraiment qu’il y serait allé s’il n’avait pas obtenu de garanties ? » Haussement d’épaules de son interlocuteur, pas franchement convaincu.