A Paris, les «Orgues» de la ségrégation scolaire

Par

Phénomène bien connu à Paris mais toujours tabou, l’évitement scolaire peut commencer dès la maternelle dans les quartiers populaires qui se gentrifient, tuant l’utopie de la mixité. Reportage dans le XIXe arrondissement, entre Riquet et Crimée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les disputes ont commencé quand un couple les a alpagués dans le square favori de leur fils, au bord du canal : « Il va dans quelle école votre enfant ? » Ils ont répondu qu’il allait encore à la crèche municipale. Le couple a insisté : « Mais vous allez le mettre où après ? Dans le public ? » « Ben oui », a rétorqué Noémie, comme une évidence. « Non, on n’a pas réfléchi », a coupé son mari. « Alors bon courage », a soupiré le couple, déroulant son histoire, vidant son sac comme chez un thérapeute.