L’école face à la «petite noblesse» des enfants «surdoués»

Par

Dans une passionnante enquête retraçant l’épopée des « surdoués » dans l’institution scolaire – de l’hostilité initiale à la reconnaissance publique –, le sociologue Wilfried Lignier parvient à documenter les stratégies qu’ont pu mettre en place les classes sociales supérieures pour se distinguer dans l’école massifiée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le sujet pouvait paraître mineur, presque anecdotique. Dans un système scolaire qui produit tant d’exclusion, pourquoi s’intéresser à la minorité d’enfants qui semble la mieux dotée, ces « surdoués » ou « intellectuellement précoces », sur lesquels la littérature psychologique a déjà abondamment écrit ? C’est pourtant en empruntant cette porte dérobée que Wilfried Lignier, jeune sociologue du CNRS et auteur de La petite noblesse de l’intelligence, une sociologie des enfants surdoués (La Découverte), renouvelle une question majeure du champ éducatif. Comment les classes moyennes et supérieures ont-elles réagi à la massification scolaire des années soixante-dix ?