Vers une hausse en catimini de la CSG

Par
Lors de la présentation de son plan d'austérité, le 24 août, François Fillon a omis de préciser que, sous des apparences techniques, l'une des mesures aurait pour effet de majorer la CSG, que paient tous les salariés. La mesure rapportera 600 millions d'euros, soit trois fois plus que la taxation microscopique des plus hauts revenus dont l'Elysée a fait si grand cas.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au soir de l'annonce de son plan d'austérité, le 24 août, François Fillon a dû s'en frotter les mains : dans la panoplie des mesures antipopulaires qu'il a annoncée (lire Austérité et Grand Guignol), il a inséré une hausse de la Contribution sociale généralisée (CSG) et de la Contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS) pesant sur tous les salariés, mais il a présenté les choses de manière elliptique, dans l'espoir que nul ne comprenne de quoi il s'agissait. Et cela a marché ! L'annonce de la hausse de la CSG et de la CRDS est passée totalement inaperçue, ou presque.