« Vous donnez l’impression que vous n’êtes pas spécialement gênés par cette loi. » D’une seule phrase, Karine Berger, pourtant rapporteur socialiste du projet de loi visant à séparer les activités spéculatives des banques des activités de dépôt, résumait le sentiment général. Gênés ? Les banquiers ne l'ont jamais été tout au long de l’élaboration avec le gouvernement de cette nouvelle réforme bancaire. L’audition de Jean-Paul Chifflet, président de la fédération bancaire et directeur général du Crédit agricole, de Frédéric Oudéa, PDG de la Société générale, et de Jean-Laurent Bonnafé, directeur général de BNP Paribas, devant la commission des finances ce mercredi matin, confirma l’impression. Tous affichaient une grande sérénité.