La Parisienne Libérée: «Nucléaire Social Club»

Cette semaine, la Parisienne Libérée suggère à Arnaud Montebourg un modèle innovant de transition énergétique : l'EPR de proximité !

Vidéo réservée aux abonné·es

Enquêtes exclusives, reportages, documentaires, entretiens…

Je m’abonne pour 1€

Résiliable en ligne à tout moment

Se connecter


Cette semaine, la Parisienne Libérée chante la création du Fonds de Modernisation des Entreprises Nucléaires (FMEN) et suggère à Arnaud Montebourg un concept innovant de transition énergétique : l'EPR de proximité !
CONTEXTE
Mardi 29 janvier, Arnaud Montebourg et Delphine Batho se sont rendus à l'usine Valinox (comme l'avait fait Nicolas Sarkozy en septembre 2010). Ils ont profité de ce déplacement en Bourgogne pour annoncer plusieurs mesures destinées à dynamiser la filière nucléaire, parmi lesquelles la création d'un fonds d'investissement pour les PME du secteur. Ce fonds bénéficiera de plusieurs dizaines de millions d'euros d'argent public par l'intermédiaire du FSI – pour savoir comment fonctionne le FSI, vous pouvez lire cet article de L. Mauduit et le wiki.
Ces annonces ont provoqué la colère des écologistes de CAP21 et d'EELV.
La chanson fait aussi référence de diverses manières à la démarche d'enercoop (coopérative d'électricité non-nucléaire, vidéos de présentation ici et ) et au cannabis social club (action collective de lutte contre la prohibition du cannabis).
NUCLÉAIRE SOCIAL CLUB
Paroles et musique : la Parisienne Libérée

Certains préfèrent les éoliennes
Le photovoltaïque
Font du biogaz et s’offrent même
Des barrages hydrauliques
Ces doux rêveurs de la transition
Sont tous des fanatiques
Nous on respecte la tradition
100 % atomique !
On a racheté une vieille centrale
Avec les copains
On l’a retapée, c’était génial
On a tout repeint

Elle produit assez d’énergie
Pour chauffer nos immeubles
C’est une PME entre amis
Le Nucléaire Social Club

Il n’y a pas eu besoin d’ingénieur
On a fait tous les plans
Se bricoler un réacteur
C’est facile, finalement
    
Le cœur, la cuve et puis l’enceinte
Un peu de vapeur d’eau
De l’extérieur une fois repeinte
On dirait un château !
On a racheté une vieille centrale
Avec les copains
On l’a retapée, c’était génial
On a tout repeint

Elle produit assez d’énergie
Pour chauffer nos immeubles
C’est une PME entre amis
Le Nucléaire Social Club

On trouve l’uranium sur le net
Ou bien dans le Limousin
Le yellow cake, on a la recette
Et ça ne coûte presque rien
Pour les déchets, il suffit de prévoir
D’avance quelques bidons
On les refroidit dans la baignoire
Et on les stocke à la maison
Nucléaire Social Club (bis)
Tout ça grâce au partenariat
Entre le FSI
Alstom, EDF, Areva
Eiffage et puis Vinci
    
Ils ont adoré notre idée
Ils étaient tout émus :
L’E-P-R de proximité
Ça leur a vachement plu !
On a racheté une vieille centrale
Avec les copains
On l’a retapée, c’était génial
On a tout repeint

Elle produit assez d’énergie
Pour chauffer nos immeubles
C’est une PME entre amis
Le Nucléaire Social Club
-------------

Les précédentes chroniques
Le théâtre malien
La guerre contre le Mal
Le nouveau modèle français
Si le Père Noël existe, il est socialiste (2/2)
Si le Père Noël existe, il est socialiste
(1/2)
Montage offshore
Le Pacte de Florange
La rénovation c'est toute une tradition
L'écho de la COCOE
Notre-Dame-des-Landes pour les Nuls
Si Aurore Martin vous fait peur
Le fol aéroport de Notre-Dame-des-Landes
Ma tierce

Refondons
TSCG 2, le traité renégocié

L'empire du futur proche
La route des éthylotests

Les experts du smic horaire
"Je respecte le peuple grec"
La bouée qui fait couler

Les gradins de la démocratie
Les casseroles de Montréal

Fralib, Air France, Petroplus...

Comme un sentiment d'alternance
La boule puante

Le sens du vent

Sa concorde est en carton

Demain est un autre jour

L'Hirondelle du scrutin

Huit morts de trop

Le rouge est de retour

Financement campagne
Je ne descends pas de mon drakkar
Quand on fait 2 %
Toc toc toc
Travailleur élastique

A©TA, un monde sous copyright
Y'a pas que les fadettes...
Les investisseurs

La TVA, j'aime ça !

Votez pour moi !

Les bonnes résolutions

PPP
Le subconscient de la gauche (duo avec Emmanuel Todd)
Un président sur deux
Mamie Taxie
L'usine à bébés
Kayak à Fukushima
La gabelle du diabolo
Les banques vont bien
Le plan de lutte
«Si je coule, tu coules...»

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À la Une de Mediapart

France
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Violences sexuelles — Enquête
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Santé — Analyse
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Économie
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali