Bernard Cazeneuve : «Soit on part, soit on se tait!»

Par

Le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, a expliqué, dimanche 30 août, que le gouvernement n’est pas une « instance de débat » et que, désormais, « il faut la fermer et redresser la France ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lui est resté en poste. Le remaniement n'est pas passé par la place Beauvau et Bernard Cazeneuve a conservé son poste de ministre de l'intérieur. En marge d'un déplacement à Londres pour parler politique migratoire, il est revenu sur les derniers jours – mouvementés – du gouvernement Valls, devenu Valls 2. Et sur le cas de son ancien collègue de l'économie, Arnaud Montebourg. « Un talent obéré par un tempérament… Quand le tempérament altère le talent, c'est dommage », a confié Bernard Cazeneuve au JDD. Avant de compléter : « Il faut la fermer et redresser la France, c'est-à-dire faire le job. »