Pourquoi Sarkozy entretient le feu des divisions à droite

Par

La campagne pour la primaire n’est pas encore officiellement lancée que les ambitieux de 2017 se déchirent déjà. Au risque d’écœurer les futurs électeurs, trois mois avant le scrutin. C'est justement le calcul de Sarkozy: une faible mobilisation des électeurs de droite et du centre peut lui offrir une chance de l’emporter.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a tout juste un an, à l’université LR (ex-UMP) de Loire-Atlantique, Alain Juppé, François Fillon et Nicolas Sarkozy se prêtaient bon gré mal gré à l’exercice factice du rassemblement. Les deux premiers étaient déjà candidats à la primaire des 20 et 27 novembre. Le troisième aussi, mais il faisait à l’époque encore mine de s’en désintéresser. Les 3 et 4 septembre prochain, tous trois feront de nouveau acte de présence à La Baule, entourés de Jean-François Copé, Bruno Le Maire et consorts.