Dossier La dramatique rave party de Redon

© Loic Venance / AFP

Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. L’enquête démontre pourtant un usage des armes disproportionné mais aussi les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur dans le fait qu'Alban n'ait pas été secouru.

Rave party de Redon : un mutilé, une nuit d’horreur, les fautes du ministère de l’intérieur, et la justice qui enterre

Opérations des gendarmes la nuit du 18 au 19 juin 2021, à Redon (Ille-et-Vilaine). © DR
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.

Main arrachée lors d’une opération de gendarmes : un classement sans suite et des questions

France

Près de l'ancien hippodrome, à Redon, dans la nuit du 18 au 19 juin 2021. © DR
En juin 2021, près de Redon (Ille-et-Vilaine), un jeune homme de 22 ans a eu la main arrachée lors d’une opération de gendarmes menée pour interdire une free party. Le parquet de Rennes vient d’annoncer le classement sans suite du dossier. L’avocat d’Alban annonce qu’il envisage de déposer plainte avec constitution de partie civile.

Redon : le jeune homme mutilé porte plainte pour « violences volontaires » contre les gendarmes

France

Redon, 19 juin 2021. © Loic Venance, AFP.
Un jeune homme de 22 ans a eu sa main arrachée à la suite de l’intervention des gendarmes le 18 juin dernier, qui ont massivement tiré des grenades, notamment des GM2L. Il porte plainte, ce mardi 20 juillet, contre les gendarmes pour « violences volontaires avec armes » et pour « non-assistance à personne en danger ». Comme nous l’avions révélé, les pompiers, appelés à plusieurs reprises, n’ont pu intervenir.

Le ministre de l’intérieur limite l’usage d’une grenade défaillante, la GM2L, sans l’interdire

Police

Une directive du cabinet du ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, restreint, depuis le 1er juillet, l’usage de la grenade assourdissante et lacrymogène, la GM2L, en raison d’une défaillance. Pour autant, le ministère n’en interdit pas le recours.

Redon : des notes de gendarmerie accablent le préfet et le ministère

France

Les comptes-rendus de la gendarmerie sur les opérations de Redon, obtenus par Mediapart, attestent du fait qu’une antenne du GIGN a participé à la destruction du matériel prévu pour la free party. Ils révèlent que des agents du service des renseignements, infiltrés parmi les teufeurs, ont informé en temps réel leur hiérarchie de l’état du jeune homme qui a perdu sa main, sans qu’aucune décision ne soit prise pour lui porter secours.

Redon : la préfecture a empêché les pompiers de secourir les blessés

Police

Lors de la free party organisée à Redon les 18 et 19 juin, les gendarmes ont gravement blessé des teufeurs, dont un a eu la main arrachée par une grenade. Les pompiers, qui auraient pu intervenir pour secourir des jeunes dans un état sanitaire dramatique, en ont été empêchés par la préfecture.

À Redon, « les jeunes n’ont plus de liberté »

France

À l’initiative de la population de Redon et d’organisations comme Amnesty et la Ligue des droits de l’homme, des centaines de personnes se sont rassemblées, samedi, pour dénoncer l’intervention des gendarmes des 18 et 19 juin, au cours de laquelle un jeune homme a eu la main arrachée.

Évacuation violente d’une rave-party : l’Observatoire rennais des libertés pointe la « responsabilité » de Darmanin

Police

A Nantes, le 21 juin 2021, pour la Fête de la Musique et pour rendre hommage à Steve Maia Canico, mort durant une intervention policiere il y a deux ans. © Estelle Ruiz / Hans Lucas via AFP
À la suite de la violente intervention des gendarmes près de Redon, les 18 et 19 juin, au cours de laquelle un jeune homme a perdu sa main, l’Observatoire rennais des libertés publiques interpelle, dans une lettre, le ministre de l’intérieur et le préfet d’Ille-et-Vilaine dont la « responsabilité est engagée ». Mediapart publie ce courrier.

Tous les articles

À Redon, un jeune homme perd sa main à la suite d’une intervention des gendarmes

France

Près de Redon (Ille-et-Vilaine), le 18 juin, après l’intervention violente des gendarmes pour interdire une free party, un jeune de 22 ans a eu la main arrachée. Les forces de l’ordre se sont acharnées à détruire le matériel à coups de masse. Le procureur de la République de Rennes a annoncé l’ouverture de plusieurs enquêtes, notamment pour déterminer les circonstances des blessures du jeune homme.