Sur fond de tensions persistantes avec la Russie, Kiev ouvre la course à la présidence

Par

Comme pour mieux entériner la prise de la Crimée, Moscou a organisé sur place un conseil des ministres lundi 31 mars. La question de l'avenir de la péninsule va peser lourd sur le scrutin présidentiel, prévu à Kiev le 25 mai.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Kremlin a à nouveau poussé ses pions ce lundi 31 mars. En visite en Crimée pour un conseil des ministres organisé sur place, le premier ministre russe Dmitri Medvedev a promis monts et merveilles à la province récemment annexée. Création d'une zone économique spéciale dans la péninsule, avec exemptions fiscales pour les investisseurs et allègement des procédures administratives, mise en place d'une politique énergétique pour la région faisant appel à des sources d'énergie alternatives, amélioration des infrastructures de transport, mise sur pied d'un ministère russe spécialement dévolu aux questions criméennes...