Kosovo: Washington fait son retour dans les Balkans

C’est en pleine épidémie de Covid-19 que la coalition gouvernementale qui dirigeait le Kosovo a volé en éclats, sous la pression directe des États-Unis. Ces derniers veulent conclure un accord « définitif » entre Belgrade et Pristina.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cela ne s’était encore jamais vu. Le premier ministre du Kosovo a publiquement accusé les États-Unis d’avoir ourdi sa destitution. Charismatique leader du mouvement de gauche souverainiste Vetëvendosje (« Autodétermination »), Albin Kurti avait pris la tête de l’exécutif kosovar le 3 février, avant d’être lâché par son partenaire de coalition et destitué par le Parlement six semaines plus tard, le 25 mars.