Faire plier Poutine sur la Syrie ? L’Occident cherche la martingale

Par

Vladimir Poutine a rencontré François Hollande. La Syrie était à l'ordre du jour et les désaccords ont été dits. Comment infléchir le soutien acharné de Moscou à Bachar al-Assad ? Si le président russe donne tous les signes de l'intransigeance, un scénario a été discuté avec l'administration Obama : faire comme au Yémen en février, lorsque le président Saleh avait été débarqué moyennant une impunité totale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une fois de plus, voilà les diplomates et les responsables européens réduits au jeu des devinettes, des supputations et des espoirs hasardeux. Et si Vladimir Poutine, de nouveau à la présidence de la Russie, décidait d’abandonner une politique de soutien acharné au régime criminel du Syrien Bachar al-Assad ? Et si une inflexion russe permettait d’entrevoir une issue à la révolution syrienne autre que celle d’un écrasement dans le sang ?