Amnesty International dénonce la répression généralisée à Alep

Par

Amnesty International a publié mercredi un rapport intitulé "Répression généralisée", détaillant les moyens de rétorsion mis en oeuvre contre la population civile, par les forces de sécurité syriennes et les milices dévouées à Bachar El Assad. Dans ses conclusions, l'organisation demande une nouvelle fois à ce que la situation en Syrie soit déférée sans tarder devant la Cour pénale internationale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bien que les manifestations à Alep aient débuté plus tardivement que dans le reste du pays, la réponse de l’appareil de sécurité d’Etat est similaire à ce qui a pu être constaté partout ailleurs : «un usage brutal et inconsidéré de la force, responsable de morts et de blessés parmi les manifestants», affirme Amnesty International dans un rapport diffusé mercredi (Lire le rapport All-out Repression). Ce document est publié alors que la bataille dans la seconde ville du pays fait rage depuis plusieurs jours.