Turquie: les minorités religieuses victimes collatérales du raidissement islamo-nationaliste d’Erdogan

Par

L’exacerbation par le gouvernement turc de la ferveur nationaliste et religieuse, dont le point d’orgue a été la réouverture au culte musulman de la basilique-musée de Sainte-Sophie, s’accompagne d’une recrudescence des agressions visant les minorités chrétiennes et juive.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul (Turquie).– Assis à une table de café au pied de la vieille tour génoise de Galata, qui était encore, il y a un siècle, le cœur palpitant d’un Istanbul cosmopolite et industrieux, où le turc, le grec et l’arménien se mêlaient aux frondaisons des échoppes, Murad Mihçi désigne du bras l’autre rive du Bosphore, côté Asie.