Michel Terestchenko, un Français à l’assaut de la présidence ukrainienne

Par Sébastien Gobert

Tout juste démissionnaire de sa mairie de Hloukhiv, une ville d’environ 30 000 habitants dans le nord-est du pays, le Français Michel Terestchenko, naturalisé en 2015, s'est déclaré candidat à la présidentielle ukrainienne. Avec la volonté de parvenir à réformer son pays face à la corruption.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Kiev (Ukraine), de notre correspondant.– « C’est la goutte qui fait déborder le vase. Comment continuer à travailler dans ces conditions ? » Le 27 septembre dernier, la photo postée sur le profil Facebook de Michel Terestchenko fait sensation en Ukraine. Le maire de Hloukhiv, une ville d’environ 30 000 habitants dans le nord-est du pays, ouvre debout la séance de son conseil municipal. Devant lui, deux élus, au lieu des 29 que compte l’assemblée. Michel Terestchenko dénonce un boycott organisé par la mafia locale, dont la corruption irriguerait tous les partis politiques. Il s’avoue impuissant à « casser le système » à Hloukhiv et démissionne le lendemain.