Une nouvelle technique de stockage de données éternelles utilisant l’ADN

Par

L’Université de Washington demande aux internautes du monde entier de lui envoyer 10 000 images afin de les protéger à l’aide d’une nouvelle technique utilisant de l’ADN synthétique, indique Le Devoir de Montréal.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On dirait un pit-bull. Peu importe. Ce toutou très photogénique arbore un foulard rouge très chouchou. Sur une autre photo, une diplômée universitaire porte fièrement mortier et toge violets (la couleur de la Faculté de théologie) devant un bout d’édifice de style gothique flamboyant, peut-être bien une église. Il y a aussi un lac, un quai, des quenouilles et un ciel très bas partiellement ennuagé. Et puis encore les photos de deux enfants sur des citrouilles entourées de feuilles mortes, d’une famille devant une petite bibliothèque personnelle aux tablettes dégarnies, d’un vieux monsieur à l’air bourru.