En Tunisie, des candidats indépendants se jettent dans la bataille électorale

Par

Les premières élections municipales depuis la révolution se dérouleront le dimanche 6 mai. Souvent issus de la société civile et non des partis, des candidats s’affirment face aux deux grandes formations au gouvernement, Ennahda et Nidaa Tounes, qui ont vu leur popularité chuter depuis leur expérience du pouvoir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tunis (Tunisie), de notre correspondante.– C’était en décembre 2017, lors d’élections législatives partielles. Le candidat indépendant et ancien blogueur Yassine Ayari remportait, avec 265 voix, la circonscription des Tunisiens de l’étranger en Allemagne, devant les candidats des deux grands partis au pouvoir, Ennahda, parti des musulmans démocrates, comme il se présente désormais, et le parti progressiste, Nidaa Tounes. Cette victoire inattendue, à quelques voix près, a constitué pour certains experts un premier signal d’alarme de la déception des Tunisiens envers les partis politiques traditionnels.