Armes chimiques: le régime syrien a construit son arsenal avec l'aide de plusieurs pays

Par

La Russie, l’Arménie et l’Allemagne fédérale ont été des fournisseurs majeurs de technologie et de matières premières pour le programme syrien de production de gaz de combat : c’est ce que révèlent à Mediapart des scientifiques syriens en exil qui ont travaillé à ce projet. Et qui témoignent de l’existence aujourd’hui encore, en violation du droit international, d’un arsenal chimique clandestin en Syrie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La décision de produire du sarin a été prise par le gouvernement de Damas au début des années 1980. Avant cette date, la seule arme chimique dont disposait le régime de Damas était une réserve de quelques munitions d’ypérite et de sarin, fournies après la guerre israélo-arabe d’octobre 1973 par l’Égypte, qui avait utilisé l’ypérite, ce gaz de combat centenaire, quelques années plus tôt contre les forces royalistes pendant la guerre du Yémen.