A Idlib en Syrie, l’agonie et le cynisme

Par

Les bombardements de la dernière poche insoumise par Damas et Moscou poussent la population vers la frontière turque en prévision d’une offensive terrestre. Ankara pourrait limiter son soutien aux rebelles en échange d’un blanc-seing du régime syrien pour attaquer les Kurdes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Même si Damas ne l’a pas formellement annoncée, l’offensive du régime syrien, appuyée par l’aviation russe, contre la province d’Idlib, dernière grande enclave insoumise dans le nord-ouest de la Syrie, a largement commencé, mettant un terme définitif à la trêve négociée en septembre 2017 entre Ankara, parrain des groupes rebelles, et Moscou, principal soutien de Bachar al-Assad.