Des délégations du Hamas et du Djihad islamique reçues au Caire

Par
Des délégations du Hamas et du Djihad islamique sont arrivées au Caire pour des entretiens avec les services de sécurité égyptiens, qui cherchent à sauver le processus de réconciliation palestinien et à désamorcer les tensions avec Israël, a-t-on appris dimanche de sources officielles.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

GAZA (Reuters) - Des délégations du Hamas et du Djihad islamique sont arrivées au Caire pour des entretiens avec les services de sécurité égyptiens, qui cherchent à sauver le processus de réconciliation palestinien et à désamorcer les tensions avec Israël, a-t-on appris dimanche de sources officielles.

"Le Caire, dont c'est l'intérêt, cherche à éviter une nouvelle guerre dans la bande de Gaza et à améliorer les conditions de vie de ses habitants", a déclaré un responsable palestinien ayant requis l'anonymat.

Les relations entre le Hamas, qui administre l'enclave depuis juin 2007, et l'Autorité palestinienne se sont détériorées le mois dernier lorsque la seconde a ordonné à ses hommes de quitter le point de passage de Rafah, entre la bande de Gaza et l'Egypte.

L'Egypte, qui coordonnait les opérations avec l'Autorité palestinienne depuis un an, à ensuite ordonné la fermeture du terminal.

Selon des responsables palestiniens, il a rouvert partiellement cette semaine dans le cadre d'une coopération entre les autorités égyptiennes et le Hamas, ce que Le Caire n'a pas confirmé.

Ismaïl Haniyeh, chef de file du Hamas, l'a emprunté dimanche pour se rendre en Egypte, tout comme plusieurs dizaines de Palestiniens.

Un accord de réconciliation et de partage du pouvoir conclu il y a deux ans sous l'égide de l'Egypte était censé permettre à l'Autorité palestinienne de reprendre le contrôle de la bande de Gaza et des points de passage vers l'Egypte et Israël, mais des divergences sur les modalités d'application et la politique à l'égard de l'Etat hébreu ont empêché sa mise en oeuvre.

Le Premier ministre palestinien Rami al Hamdallah a présenté mardi sa démission et celle du gouvernement d'union nationale, formé en 2014 dans le cadre de cet accord de réconciliation avec le Hamas.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale