En «bon» gendarme de l’Union européenne, le Maroc fait la chasse aux migrants

Par

En 2019, plus de 150 migrants sont morts noyés au large du Maroc. Des militants doivent identifier par eux-mêmes les cadavres. Alors que les violences policières se multiplient à l’encontre des Noirs, l’Union européenne paye de plus en plus cher pour aider le Maroc à bloquer « la migration irrégulière ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Maroc, envoyée spéciale.– Avec son look soigné, son collier qui brille, Kosta Sampou, dit « Grand Sampou », n’a rien d’un croque-mort. Pourtant, ce Guinéen de 29 ans, qui rêvait d’une carrière de footballeur quand il a débarqué au Maroc en 2010, fait défiler des photos de cadavres sur son téléphone, attablé au sous-sol d’un café désert de Rabat – mieux vaut rester discret.