L’ultimatum de l’Italie sur les migrants met les Européens devant leurs responsabilités

Par

Dimanche 2 juillet, les ministres de l’intérieur italien, français et allemand se sont réunis après la demande de Rome d’accueillir collectivement les milliers de migrants qui débarquent en ce moment sur les côtes italiennes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pas certain que l’ultimatum de Rome, mercredi 28 juin, ait porté ses fruits. Débordée par de nouvelles arrivées de migrants, l’Italie avait menacé de fermer ses ports aux bateaux de sauvetage afin de les rediriger vers ceux des autres pays méditerranéens. 220 000 migrants ont besoin d’assistance, avait alors averti le ministre italien de l’intérieur, Marco Minniti. À la suite de cet appel, une réunion était organisée ce dimanche à Paris entre les ministres de l’intérieur italien, français et allemand, et le sujet sera sur la table d’une réunion informelle du Conseil de l’UE à Tallinn (Estonie) en fin de semaine. Mais à lire le communiqué diffusé à l’issue de la rencontre parisienne, aucun changement de cap n’est perceptible chez les dirigeants européens. Au contraire. Les quatre axes privilégiés ont été vivement critiqués ce lundi par les ONG italiennes.