Pourquoi les paysans se suicident par milliers en Inde

Par

Le gouvernement Modi essaie de maquiller les chiffres mais la réalité est pourtant là : les suicides d’agriculteurs repartent à la hausse dans le sous-continent. L’endettement est l’une des explications de ce drame, mais elle n’est pas la seule.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Kisna est un paysan sans le sou du Vidarbha, une région agricole du cœur de l’Inde grande comme le Portugal. Il essaie de cultiver le coton, comme tous ses voisins d’infortune, sur des lopins de terre où la pluie ne tombe jamais quand il faut. Alka, son épouse, le tient à l’œil. Elle ne craint qu’une chose : qu’il mette fin à ses jours, comme leur ami Bhaskar qui était écrasé de dettes et que l’on vient de retrouver pendu à un arbre, au milieu de son champ. L’amour n’y pourra rien : désespéré par la sécheresse, Kisna mourra électrocuté en essayant de brancher sur une ligne à haute tension la petite pompe qui devait faire remonter de l’eau des profondeurs pour remplir son puits et irriguer sa parcelle. Ce drame de la campagne indienne est le scénario d’un film, Gabhricha Paus (The Damned Rain), sorti sur les écrans en 2009 et deux ans plus tard en France, sous le titre de Maudite pluie ! À l’époque, son réalisateur, Satish Manwar, voulait montrer la réalité quotidienne des milliers de paysans qui se suicident chaque année en Inde (regarder la bande-annonce ici). Une situation qui reste malheureusement plus que jamais d’actualité : entre 2005 et 2015, plus de 300 000 suicides sont survenus.