Guillaume Delacroix

Vit à Bombay où il assure la correspondance de Mediapart pour l'Asie du Sud. A travaillé douze ans aux Echos et a ensuite collaboré à plusieurs autres médias : Le Nouvel Observateur, Liaisons Sociales, Vanity Fair, La Stampa, Sky24, Radio Classique... Ingénieur diplômé de Sciences-Po et des Ateliers Varan (réalisation de films documentaires). A publié deux ouvrages chez Plon : "Le mystère Mario Monti, portrait de l'Italie post-Berlusconi" (2012) et "Enquête sur le patronat, dans les coulisses du scandale Medef-UIMM" (2009). Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Dassault soupçonné d’avoir enfreint les règles des marchés publics en Inde

    Par

    Alors que des rendez-vous politiques importants se profilent dans le sous-continent, le chef de l’opposition, Rahul Gandhi, s’interroge sur l’alliance passée fin 2016 entre l’avionneur français et le groupe indien Reliance Infrastructure pour fabriquer les Rafale.

  • Rohingyas: derrière la religion, le pétrole et le gaz

    Par
    Pour obtenir des rations alimentaires, les réfugiés doivent porter au cou le permis de séjour attestant de leur citoyenneté birmane © Guillaume Delacroix Pour obtenir des rations alimentaires, les réfugiés doivent porter au cou le permis de séjour attestant de leur citoyenneté birmane © Guillaume Delacroix

    Pendant que le gouvernement bangladais négocie un accord de rapatriement avec le ministre de l'intérieur birman, militaire de carrière, les réfugiés reçoivent des permis de séjour. Ils gardent précieusement le moindre papier attestant leur lien avec l'Arakan, la province qu'ils ont fuie et dont la Chine rêve de prendre le contrôle, en raison des hydrocarbures qu'elle recèle. (2/3)

  • Réfugiés rohingyas: une catastrophe sanitaire, un désastre écologique

    Par
    Balukhali, 5 nov. 2017 : Amina Khatun (en noir, à droite) vient consulter au dispensaire de l'ONG Friendship © Guillaume Delacroix Balukhali, 5 nov. 2017 : Amina Khatun (en noir, à droite) vient consulter au dispensaire de l'ONG Friendship © Guillaume Delacroix

    Depuis la fin du mois d’août, 620 000 membres de la communauté rohingya de Birmanie sont venus se réfugier à l’extrême sud du Bangladesh, pourchassés par l’armée birmane. Dans les camps bâtis en catastrophe au milieu des rizières, au cœur d'un drame humanitaire absolu, ils tentent de survivre à la faim et à la peur, sans oser penser à l’avenir. (1/3)

     

  • Inde: Narendra Modi essuie un premier orage d'impopularité

    Par
    Un cordonnier près du siège de la banque centrale à Bombay, le 18 janvier 2017. © GD Un cordonnier près du siège de la banque centrale à Bombay, le 18 janvier 2017. © GD

    Alors que les résultats économiques ne sont pas au rendez-vous et que la croissance est en forte baisse, le premier ministre découvre le « Modi bashing » et crie au complot, répétant autour de lui qu’il n’y a pas d’alternative à sa politique. Et le voilà en plus fortement critiqué par les instances judiciaires du pays.

  • L’Inde veut accélérer dans les énergies propres

    Par

    À l’issue de leur rencontre à l’Élysée, samedi 3 juin, ni Narendra Modi, ni Emmanuel Macron n’ont évoqué le projet de centrale nucléaire géante d’EDF dans le sous-continent. Le premier ministre indien a préféré insister sur le solaire.

  • Modi vient à son tour se frotter à Macron

    Par

    En rencontrant coup sur coup Donald Trump et Vladimir Poutine, Emmanuel Macron a donné à l'étranger l'image d'un dirigeant qui n'allait pas s'en laisser conter. Le premier ministre indien, en tournée en Europe, fait un crochet par Paris les 2 et 3 juin pour le rencontrer.

  • Narendra Modi, «une variante très indienne de l’autocratie»

    Par
    Narendra Modi © Reuters Narendra Modi © Reuters

    Le premier ministre nationaliste hindou a gagné les élections générales en Inde il y a exactement trois ans, le 16 mai 2014. Sa conception musclée du pouvoir inquiète, même si elle n'a pas grand chose à voir avec celle d'un Erdogan ou d'un Poutine.

  • Paris tente le passage en force dans le nucléaire indien

    Par

    Alors que le projet d'EDF visant à construire six réacteurs EPR à Jaitapur, entre Bombay et Goa, n’en est encore qu’au stade préliminaire, des diplomates français viennent de déclarer que le chantier est en mesure de démarrer en décembre 2018. Sur place, c’est la stupeur.

  • L'Etat du Nagaland se veut plus chrétien qu'hindou

    Par
    A la sortie du culte baptiste dominical à Chizami © GD (mars 2017) A la sortie du culte baptiste dominical à Chizami © GD (mars 2017)

    Arrivés au Nagaland au XIXe siècle, les baptistes américains ont essayé d’effacer les traditions indigènes. Grâce à Internet, la population locale renoue aujourd'hui avec son passé et lutte contre un nouvel ennemi : le nationalisme hindou. Second volet de notre reportage.

  • «Modi a désinhibé les Indiens»

    Par

    Aküm Longchari, directeur du Morung Express, l'un des principaux quotidiens de l’État indien du Nagaland.