Narendra Modi, «une variante très indienne de l’autocratie»

Par

Le premier ministre nationaliste hindou a gagné les élections générales en Inde il y a exactement trois ans, le 16 mai 2014. Sa conception musclée du pouvoir inquiète, même si elle n'a pas grand chose à voir avec celle d'un Erdogan ou d'un Poutine.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bombay (Inde), de notre correspondant.– De l’art de transformer les peurs des citoyens en victoire électorale. Tel est le sujet d’un livre paru fin mars aux États-Unis*. L’ouvrage n’analyse pas les parcours comparés d’Emmanuel Macron et Marine Le Pen en France, mais la dérive autoritaire de deux dirigeants en place : le président Recep Tayyip Erdogan en Turquie et le premier ministre Narendra Modi en Inde. Signé de Basharat Peer, journaliste d’origine indienne travaillant au New York Times, il est sans appel pour le leader nationaliste indien qui fête, mardi 16 mai, le troisième anniversaire de sa très large victoire électorale l’ayant porté au pouvoir pour cinq ans.