L'Etat du Nagaland se veut plus chrétien qu'hindou

Par

Arrivés au Nagaland au XIXe siècle, les baptistes américains ont essayé d’effacer les traditions indigènes. Grâce à Internet, la population locale renoue aujourd'hui avec son passé et lutte contre un nouvel ennemi : le nationalisme hindou. Second volet de notre reportage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Chizami (Nagaland, Inde), envoyé spécial.« Le loup habitera avec l'agneau, la panthère reposera avec le chevreau ; le veau, le lion et le bœuf gras vivront ensemble, la vache et l'ourse iront au même pâturage… » En choisissant pour le culte de ce dimanche de mars des versets d’Isaïe, chapitre 11, Kewekholo Thopi entendait manifestement appeler ses ouailles à la paix. Il est pasteur de la grande église baptiste de Chizami, un village de 3 000 habitants perdu dans les alpages de l’est du Nagaland. La frontière birmane est à 30 km à vol d’oiseau. Ici, tous les habitants appartiennent à la tribu Chakasen mais les familles sont divisées en une dizaine de clans, nous expliquera plus tard Kewekholo Thopi, tout sourire. Son visage est rond, son regard bienveillant.