Inde: Rahul Gandhi devient le dernier espoir de la gauche

Par

Dans un pays toujours sous le charme de Narendra Modi, l’héritier de la dynastie fondée par Nehru prend la présidence du parti du Congrès, samedi 16 décembre. Certains le présentent comme «le Jeremy Corbyn de l’Inde»...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bombay (Inde), de notre correspondant.- Il est étonnant de voir comment quatre lettres peuvent changer un homme. Ou du moins la perception que l’on peut avoir de lui. L’Inde semble découvrir un nouveau Rahul Gandhi, depuis que le vice-président du parti du Congrès qu’il était depuis 2013 s’est débarrassé de l’adjectif « vice » pour devenir président tout court, lundi 11 décembre. Celui que beaucoup surnomment « l’héritier », pour moquer une ascension en politique que l’intéressé ne devrait qu’à son ascendance, est désormais l’opposant numéro un à l’actuel chef du gouvernement, Narendra Modi, avec derrière lui quelque vingt millions d’adhérents au parti du Congrès.