En Turquie, les réfugiés rêvent toujours d’Europe malgré la fermeture de ses frontières

Par Elisa Perrigueur

L’accord UE-Turquie de 2016 est censé tarir les départs vers la Grèce, mais les migrants continuent d’affluer sur les côtes turques, à l’ouest, dans l’espoir de rejoindre l’Europe. Reportage à Izmir, dans un des pays qui compte le plus de réfugiés syriens au monde.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Izmir, Çeşme (Turquie), envoyée spéciale.-  Quartier de Basmane, Izmir, côte ouest de la Turquie. Des hommes s’affaissent sur des tabourets bas au pied des façades défraîchies des hôtels. Leurs yeux ombrageux se lèvent sur chaque passant de l’étroite artère. Les conversations en arabe se mêlent à la langue turque, dans une atmosphère ralentie par la chaleur de juin.