Europe: trois acteurs, trois échecs

Par
Le G20 devait offrir à Cannes une triomphale montée des marches à Nicolas Sarkozy. Il menace de n'être qu'une réunion de rafistolage. En cause les obstinations et aveuglements répétés d'un directoire franco-allemand ayant écrasé l'Europe et d'un premier ministre grec dépassé.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce devait être à Cannes une triomphale montée des marches au Festival du G20. Nicolas Sarkozy l'avait pensé comme tel, préparant depuis des mois cette réunion qu'il accueille, la France ayant cette année la présidence du G20. Mais que les grands engagements pris en janvier, lors d'une conférence de presse du chef de l'Etat, semblent lointains et périmés (ici notre article de janvier)... Cannes devrait désormais ressembler à une nouvelle séance de bricolage : tenir quelques jours, publier des communiqués qui aussitôt jauniront, et s'en remettre au prochain rendez-vous...