Torture: Israël enquête pour la première fois sur un membre du Shin Bet

Par

Après des décennies d’impunité et le classement d’un millier de plaintes, une enquête vient d’être ouverte en Israël contre un interrogateur du service de sécurité intérieure. Avocats et associations craignent toutefois qu’il ne s’agisse que d’une « exception qui confirme la règle ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jérusalem, de notre correspondante.-  C’est une première en Israël. Le ministère de la justice a ouvert une enquête criminelle contre un interrogateur du Shin Bet, le service de sécurité intérieure israélien, suspecté d’avoir commis des « actes prohibés dans l’exercice de ses fonctions ». Les détails de l’affaire restent pour l’instant un mystère. Mais elle concernerait des faits de torture. « Sans cela, jamais elle n’aurait été traitée par Mitvan », estime Rachel Stroumsa, directrice du Comité public contre la torture en Israël. Mitvan est l’acronyme en hébreu d’une unité israélienne chargée d’examiner les plaintes pour torture déposées par des prisonniers ou des suspects contre des interrogateurs du Shin Bet.