Poursuite des manifestations anti-Béchir à Khartoum

Par
La police soudanaise a tiré des gaz lacrymogènes lundi pour disperser des groupes de manifestants en différents points de la capitale, Khartoum, ont rapporté des témoins.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

KHARTOUM (Reuters) - La police soudanaise a tiré des gaz lacrymogènes lundi pour disperser des groupes de manifestants en différents points de la capitale, Khartoum, ont rapporté des témoins.

Des étudiants, militants et autres contestataires confrontés aux difficultés économiques croissantes manifestent presque quotidiennement au Soudan depuis le 19 décembre.

Le mouvement, déclenché initialement par le triplement du prix du pain, a tourné à une contestation ouverte contre le régime du président Hassan al-Béchir, qui est au pouvoir depuis 1989.

Au moins 45 personnes, selon les organisations de défense des droits de l'homme, ont été tuées dans les troubles depuis la mi-décembre. Le gouvernement avance un bilan de 30 morts, dont deux agents des services de sécurité.

Le Premier ministre soudanais a semblé samedi assouplir la position des autorités vis-à-vis du mouvement, en parlant de revendications "légitimes" des manifestants en faveur de meilleures conditions de vie.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale