En Algérie, «le terrorisme a créé une société égoïste»

Par
Samedi, plusieurs marches doivent se dérouler à Alger, chacune portant l'écho d'une révolte divisée mais bien réelle. Décryptage des nœuds de la société algérienne avec le fondateur de Tout sur l'Algérie, premier site d'information francophone (et indépendant) en Algérie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En Algérie, la contestation se poursuit, dans le désordre, et chacun dans son coin. Samedi 5 mars, plusieurs marches doivent se dérouler à Alger, chacune portant l'écho d'une révolte divisée mais bien réelle, alors que des grèves touchent aujourd'hui la totalité des 48 wilayas (préfectures) qui composent le territoire algérien. Derniers à entrer dans la danse, les maires, qui dénoncent le nombre extravagant selon eux (plus de 800 entre 2008 et 2011 selon leur porte-parole) de responsables municipaux attaqués en justice. Mais il y aura aussi les chômeurs, les manifestations en Kabylie... Les médias algériens sont remplis ce vendredi de ces mouvements disparates qui rythment le quotidien de l'Algérie, et s'étendent peu à peu depuis le mois de janvier.
Internet, mouvements sociaux, résilience des années noires du terrorisme... Décryptage des nœuds de la société algérienne avec le fondateur et principal actionnaire de Tout sur l'Algérie, premier site d'information francophone (et indépendant) en Algérie, avec 1,8 million de visiteurs uniques mensuels.