L’équipe Trump n’arrive pas à se défaire de ses casseroles russes

Par

La mise en cause du ministre de la justice, qui a caché des rencontres avec l’ambassadeur russe, est un épisode de plus dans un feuilleton qui occupe le Congrès et l'administration américaine. Les questions se font de plus en plus graves sur les liens entre la galaxie Trump et les Russes, ainsi que sur l’implication des hommes du président dans les manipulations de l’élection de novembre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (États-Unis), de notre correspondant.– Aux dernières nouvelles, Sergey Kislyak aurait un petit moral. L’ambassadeur russe, en poste à Washington depuis 2008, dit ne plus reconnaître une capitale américaine qu’il arpentait déjà dans les années 1980, en tant que jeune ingénieur et attaché scientifique de la représentation soviétique aux États-Unis. « Washington a pris un côté… solitaire », confiait-il à des collègues cités par le New York Times, en se plaignant de se voir maintenant boudé par tant de gens qui recherchaient jusqu’alors activement sa compagnie.