Derrière le «modèle» économique allemand, des milliers de précaires

Douze ans après la mise en place des réformes « Hartz », l’économie allemande compte une proportion croissante d’emplois à temps partiel et sous-payés. Reportage à Bochum, dans la Ruhr, où la désindustrialisation se conjugue à la dérégulation.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Bochum (Allemagne), envoyée spéciale.– « Nous vous remercions pour votre candidature mais pour le moment, tous nos postes sont occupés. » Combien de fois Jozef a-t-il reçu ce type de réponse ? Dix, vingt… ? « Au moins une cinquantaine », estime ce chômeur de Bochum, ancien fleuron industriel de la Ruhr, dans l’ouest de l’Allemagne. À 57 ans, pour continuer à avoir droit à sa mince allocation chômage de 409 euros par mois, Jozef Klaczor est obligé d’envoyer au moins une candidature par semaine à une entreprise afin d’attester  la réalité de sa recherche d’emploi. Comme tous les « Hartz IV » – du nom de la loi passée en 2005 qui a sévèrement durci les conditions d’indemnisation des chômeurs en Allemagne –, s’il ne s’acquitte pas de cette obligation, il court le risque de voir son allocation amputée. C’est d’ailleurs ce qui lui est arrivé, un mois où il n’avait envoyé que trois candidatures au lieu de quatre. Tout un trimestre ensuite à tirer le diable par la queue avec une allocation minorée de 30 %… C’est ce qui arrive, aussi, quand on ne se présente pas à un rendez-vous fixé par le “Jobcenter” (en anglais dans le texte), l’office allemand chargé des chômeurs de longue durée. Et si les manquements sont répétés, au bout, c’est la suppression complète de l’allocation.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Iran : un pays en révolte
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Violences sexistes et numérique : ça ne streame pas rond — Enquête
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête préliminaire pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique — Chronique
Affaire Perdriau : et à la fin, c’est la liberté d’informer qui l’emporte
Le tribunal judiciaire de Paris a décidé de mettre fin, mercredi 30 novembre, à douze jours d’une censure inédite visant Mediapart. La justice estime que l’avocat du maire de Saint-Etienne lui avait caché des informations essentielles. Mediapart publie l’intégralité de la décision.
par Fabrice Arfi
À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique — Enquête
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget