Une partie de la droite européenne veut exclure Viktor Orbán

Par

Le Parti populaire européen (PPE) ira-t-il jusqu’au bout ? Lundi 4 mars, douze formations membres du grand parti de la droite européenne ont demandé l’exclusion ou la suspension du Fidesz, le parti de Viktor Orbán. Un tir groupé qui semble fragiliser le premier ministre hongrois, mais qui ne préjuge pas du résultat. Les Républicains français n'ont pas appuyé l'initiative.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Restera ? Restera pas ? À moins de trois mois des élections européennes, le Parti populaire européen (PPE) pose la question du maintien dans ses rangs du Fidesz, le parti du premier ministre hongrois Viktor Orbán : ce lundi 4 mars, la grande famille de droite européenne a annoncé que douze des formations qui le composent (sur 79 au total, dont 51 siégeant au Parlement européen) demandaient l’exclusion ou la suspension de l’« Union civique hongroise », membre du PPE depuis 2001.