En Tunisie, la torture est jugée sans les accusés

Par

Le deuxième procès instruit par la justice transitionnelle s’est ouvert en Tunisie. Il s’agit d’un cas de torture sous Ben Ali, mais les familles des victimes commencent à désespérer de la venue des accusés, tous absents – comme lors du premier procès, qui s’est tenu il y a un mois.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nabeul (Tunisie), envoyée spéciale.– Malgré trois heures de retard et quelques tensions en début d’audience, la première journée du procès des bourreaux présumés de Rachid Chammakhi s’est déroulée sans accroc, vendredi 29 juin – le procès reprendra le 21 septembre. La cour d’appel de la ville de Nabeul, à une soixantaine de kilomètres de Tunis, tente de faire la lumière sur les conditions de détention et de décès de Rachid Chammakhi, mort sous la torture en 1991, selon des témoins. Il a notamment permis à la famille de témoigner.