Au Pakistan, le calvaire d’Asia Bibi continue

Par

Le gouvernement pakistanais a complètement cédé aux pressions des mouvances islamistes radicales, après l’acquittement surprise de la chrétienne Asia Bibi, emprisonnée pour blasphème. L’ouvrière agricole est maintenue en détention et son avocat a fui le pays.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La joie et l’étonnement d’Asia Bibi, apprenant il y a quelques jours de la bouche de son avocat que la Cour suprême pakistanaise venait de l’acquitter du crime de blasphème, étaient teintés d’angoisse. On la sentait très sceptique : « Je ne peux pas croire ce que vous me dites. Est-ce que je vais sortir maintenant ? Est-ce qu’ils vont vraiment me laisser partir ? », déclarait-elle au téléphone à son défenseur, lequel en revanche semblait résolument optimiste. C’est elle qui avait raison. Dès l’annonce de la nouvelle, la plupart des mouvances islamistes radicales se sont mobilisées pour bloquer le pays et demander que la villageoise chrétienne soit rejugée. Après trois jours de manifestations, elles ont obtenu satisfaction.