Qu’est-ce qu’une prison modèle? L’exemple des «centres-types» espagnols

Par

L’innovation en matière de conception architecturale des prisons prétend modifier la nature même de la peine carcérale. Pourtant, comme le montre Valérie Icard dans son étude des nouvelles prisons espagnoles, l’assimilation à la ville et les efforts de normalisation visant un rapprochement avec la vie extérieure n’empêchent pas la perpétuation des logiques institutionnelles traditionnelles au nom des impératifs d’ordre et de sécurité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les transformations contemporaines de la conception architecturale des dispositifs carcéraux ont abouti, entre autres innovations, à l’émergence d’un nouveau modèle architectural actuellement promu en Espagne : le « centro tipo penitenciario » (centre-type pénitentiaire). Présenté comme avant-gardiste en Europe par l’administration pénitentiaire espagnole, le centre-type se distingue par son architecture innovante, la qualité de ses infrastructures et l’amélioration des conditions de détention en son sein. L’espace carcéral n’y est plus seulement conçu en fonction des missions traditionnelles de garde et de sécurité, mais également soumis aux nouvelles finalités découlant de la loi pénitentiaire de 1979 : « La législation pénitentiaire espagnole est particulièrement avancée, ce qui exige un effort supplémentaire et une organisation plus complète que celle dans d’autres pays européens. […] Dans la mesure du possible, il faut donc faire en sorte que les établissements pénitentiaires offrent infrastructures et installations afin que les détenus puissent accomplir leur peine, dont la fin primordiale est la rééducation et la réinsertion. »