Jean-Marie Le Pen rejoint une galerie des monstres néofascistes

Par Nicolas Lebourg

Le ralliement de Jean-Marie Le Pen à l’Alliance pour la paix et la liberté est un signal adressé aux sphères militantes comme un message à sa fille, avec l’idée que l’inscription dans le jeu électoral ne doit pas conduire à renier son extrémisme idéologique. Radiographie des dirigeants de cette internationale des groupuscules d’extrême droite.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est avec emphase que l’Alliance pour la paix et la liberté (APL) a annoncé le 5 avril que Jean-Marie Le Pen la ralliait, n’hésitant pas à signifier qu’il serait « [leur] guide et [leur] leader pour les luttes et les victoires à venir ! » Cette formation internationale regroupant des partis de divers pays européens a beau compter des eurodéputés, elle n’est guère connue en France.